Valérie Le Masson

EN SE GLISSANT EN PYRENEES

Depuis 30 ans, je n’ai jamais raté un rendez-vous annuel dans les Hautes-Pyrénées. Au fil des ans, nous avons réalisé de nombreuses randonnées familiales, à la journée, en itinérance avec bivouac sous tente, ou en refuge ; le plus souvent à pied, parfois en raquettes, en été comme en hiver, par beau temps ou sous l’orage. J’ai toujours été émerveillée par la richesse de ce patrimoine, aux ambiances et aux couleurs changeantes. On peut arpenter les pentes d’un même sommet à plusieurs reprises, en ayant l’impression d’être là pour la première fois. En ces temps de changement climatique rapide, les modifications apportées aux paysages sont palpables, même pour des randonneurs saisonniers : fonte de la neige éternelle, recul
des glaciers, voire disparition de pans de montagnes entiers. Ayons le courage collectif de préserver une nature propice à la rêverie et au ressourcement. Toutes les photos ont été faites depuis 2009 entre le Mont Perdu et le Pic des Posets, en numérique, avant d’être converties en noir et blanc pour souligner le souhait de leur intemporalité

Attirée par la photographie depuis l’adolescence, Valérie Le Masson avait mis de côté son boitier argentique avec les aléas de la vie. C’est l’arrivée du numérique et de ses capacités créatives qui lui donne l’envie de reprendre des clichés. Elle s’intéresse alors à retranscrire le monde sous un angle différent, essayant de créer des abstractions à partir du réel. Encouragée à poursuivre dans cette voie par le Photo-Club de la MJC de Palaiseau qu’elle intègre en 2009, elle expose une première série de photographies « Atmo’sphère » lors de Photoclubbing#8 en 2014. Amoureuse de la nature, elle réalise parallèlement des séries de paysages et de macrophotographies, sous le regard critique et bienveillant de photoclubbeurs généreux qui lui ont transmis leurs connaissances techniques et leur regard photographique.