LOST IN TRANSLATION Gautier Marcy

Après « Lonely Nights in Singapore », en 2014, Gautier Marcy revient avec de nouvelles images, du Japon, cette fois-ci. Le « Lost in Translation », ce sentiment de décalage résultant, lors de voyage, de perte des références quotidiennes, de frottement propre à une nouvelle culture, à des traditions et aux barrières de la langue, est à nouveau au cœur de son travail.
C’est lorsqu’on y travaille le moins que le Japon vient à vous. Surtout ne plongez pas et ne vous laissez pas prendre dans la glu du respect. Et si vous « ne comprenez pas », c’est qu’il n’y avait rien à comprendre, du moins pour vous, cette fois-là. Et si le Japon vous « échappe », c’est que vous n’en aviez pas besoin. Nicolas Bouvier.
Pour Gautier Marcy, ce décalage ressenti a été important et l’a obligé à se rendre plus disponible à ses propres sensations, à son environnement, au moment présent. Le Japon lui a offert cette opportunité, celle d’un voyage dans l’espace physique et sensoriel d’un pays à cheval entre traditions millénaires et modernité.

Gautier Marcy, né en 1972, découvre la photographie au cours de ses études d’Ingénieur en mécanique. Ce qui était une curiosité « fonctionnelle » est progressivement devenu un hobby qui l’a amené à créer un photo-club au sein de la cellule Vidéo de son école. C’est au cours de son service militaire que la curiosité s’est transformée en passion. La gestion pendant huit mois du laboratoire photographique du Centre de Formation des Techniciens en Investigation Criminelle de la Gendarmerie Nationale lui a donné l’occasion d’acquérir différentes techniques de prise de vue auprès de photographes professionnels. Gautier Marcy a ensuite pratiqué la photographie de voyage au cours de plusieurs années d’expatriation en Amérique du Sud et en Europe. C’est à son retour en région parisienne que Gautier rejoint le Photo-Club de la MJC de Palaiseau en 2008 et est programmé à son premier Photoclubbing, mois palaisien de la photo, en 2014.